The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

31 December 2009

Women’s presence in African Screen | La presence de la femme dans Ecrans d’Afrique - 1991-1998

Women’s presence in African Screen | La presence de la femme dans Ecrans d’Afrique

Ecrans d’Afrique/African Screen was the first pan-African revue of its kind dedicated to cinema, television and audiovisual production in Africa. Created by FEPACI, the Pan-African Federation of Filmmakers, it was in existence from 1991 to 1998.

Écrans d'Afrique / African Screen était la première revue panafricaine du genre consacrée au cinéma, à la télévision et à l’audiovisuel en Afrique. Créé par la FEPACI, la Fédération Panafricaine des Cinéastes, il existait de 1991 à 1998.

[English]
Women were visible both on the covers and in the pages of the revue, from the introductory issue, which gave homage to Burkinabé actress Edith Nikiema with a full-page photograph on the back cover. 

Following are citations of the articles, profiles and newsfeeds highlighting African women in all areas of cinema: filmmakers, editors, actors, producers, make-up artists, and other positions.

[Français]
Les femmes étaient visibles sur les couvertures et dans les pages de la revue dès le numéro introductif qui a rendu hommage à la comédienne burkinabé Edith Nikiema, avec une photo pleine page sur la couverture arrière de la revue.

Ci-dessous sont des citations d’articles, les profils et les informations sur les femmes africaines dans tous les domaines du cinéma: cinéastes, monteuses, comédiennes, productrices, maquilleuses et autres titres.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 0 – 1991 
(Edith Nikiema back cover/couverture arrière)

The introductory issue presents the future format and subject matter |
Le numéro introductif présentant le futur format tout comme le contenu.

Hommage/Tribute to/à Edith Nikiema


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 1 – 1992

Nouveaux visages | New Faces:
Fanta Nacro, Burkina Faso-Director, p. 35.

Dossier:
Cinema africain au féminin | Un difficile enfantement/African women in cinema | A difficult childbirth. Summary of the Historical African Women in the Cinema Workshop, FESPACO 1991, par/by Emmanuel Sama – p. 69.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 2 - 1992

At a Glance | Coup d’oeil :
Saikati by/de Anne Mungai (Kenya), p. 29.

Nouveaux visages | New Faces :
Anne-Laure Folly, Togo, director/cinéaste, p. 36.
Maysa Marta, Guinée-Bissau, actress/comédienne, p. 37.
Véronique Dessout, Guadeloupe, director/réalisatrice, p. 38. 

Panorama | Panoramique:
Annette Mbaye d’Erneville, director/directrice of/de Recidak, p. 46.
Euzhan Palcy by/de Véronique Dessout, p. 88.

Dossier :
La nouvelle generation des cinéastes/The New Generation of Nigerian Filmmakers: Funmi Osoba, by/par Françoise Kaboré, p. 70.

Links | Jonctions
Interview with/Entretien avec Oumou Sy, profession costumière / Oumou Sy, profession costume designer by/par Alessandra Speciale, p. 104.

Rubriques
Naissance de la | Birth of the revue Ciné Culture Afrique director/directrice Anne Mbaye d’Erneville, p. 117.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 3 – 1993

Flash | En bref :
African Women in Film and Video - Kenya section, p. 5.

Nouveaux visages | New Faces:
Mouna Fettou, Morocco/Maroc, actress/comédienne, p. 43. 
Nadia El Fani, Tunisia, director/réalisatrice, p. 45.
Links | Jonctions
La "beauté" de Aminata | Aminata's beauty par/by Cheick Kolla Maïga, Aminata Zouré, make-up artist/ maquilleuse, p. 87.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 4 - 1993
(Akosua Busia, Ghana, on the cover/ sur la couverture)

La parole à | Speaking to :
Interview with/Entretien avec Akosua Busia, Ghanaian actress/comediénne, by/par Macy Domingo & Klevor Abo, p. 6.

At first sight | Focus :
Friends de/by Elaine Proctor (South Africa/Afrique du Sud), p. 29.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 5-6 - 1993

La parole à | Speaking to :
Interview with/Entretien avec Izza Genini, Morocco/Maroc, director/réalistrice by/par Thérèse-Marie Deffontaines, p. 8.

Women filmmakers in Morocco | Femmes cineaste au Maroc : Farida Benlyazid, Touda Bouanani, Farida Bourquia, Izza Genini, Imane Mesbahi, by/par Amadou Gaye, p. 10-11.

Portrait | Focus
“Zalika Souley: Star of Niger Films | Star des films nigériens” by/par N'daw, Aly N'Keury, p. 28.

Nouveaux visages | New Faces:
Kalthoum Bornaz, director/réalisatrice, Tunisia/Tunisie, by/par Tahar Chickaoui, p. 39. 
Joyce Makwenda, director/réalisatrice, Zimbabwe, by/par Clément Tapsoba, p. 39. 
Franceline Oubda, director/réalisatrice, Burkina Faso, by/par Clément Tapsoba,p. 40.
Links | Jonctions :
Toni Morrison, Africa in the voice/l’Afrique dans la voix, p. 81.

Ecrans d’Afrique/African Screen N° 7 – 1994
(Naky Sy Savané & Félicité Wouassi, on cover | sur la couverture)

Focus | At first sight :
Home away from home by/de Maureen Blackwood, (GB/Caribbean), by/par Annamaria Gallone, Alessandra Speciale p. 23.

Portrait
A Threefold Trial: African, Female and Actress | La triple galère des femmes, africaines, actresses Portrait of Naky Sy Savane, Côte d’Ivoire & Félicité Wouassi, Cameroon by/par Alessandra Speciale, p. 24.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 8 - 1994
(Moufida Tlatli & Selma Baccar, on cover | sur la couverture)

La parole à | Speaking to:
Moufida Tlatli & Selma Baccar
Stories of Women/Une affaire de femmes
Selma, Nejia, Moufida and the others/et les autres
par/by Tahar Chikhaoui, p. 8-13.

Nouveaux visages | New Faces :
Margaret Fombé Fobé, réalisatrice/filmmaker, Cameroon by/par Clément Tapsoba, p. 27.
Kadiatou Konaté, réalisatrice/filmmaker, Mali by/par Jadot Sezirahiga, p. 28.

Portrait | Focus :
Miriam Patsanza: From Zimbabwe to South Africa: starting all over again | Du Zimbabwe à l’Afrique du Sud: on recommence tout by/par Julia Landau, p. 30.
Toto Bissainthe: The silence of Anacaona | Les silences d’Anacaona by/par Osange Silou, p. 33.

Panorama | Panoramique :
Annette Mbaye d’Erneville, director/directrice of/de Recidak, p. 45

Links | Jonctions :
Kahena Attia, Profession: monteuse | Profession: film editor, Tunisia | Tunisie by/par Françoise Kaboré, p. 67.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 9-10 – 1994
(Mouneissa Maiga, Mali, on the cover | sur la couverture)

Flash | Focus :
La cinquième conférence régionale des femmes, préparatoire de la conference de Beijing | Fifth Women's Regional Conference in preparation for the Beijing Conference, p. 4.

Portrait | Focus :
Farida Benlyazid, p. 20. 
Moufida Tlatli, p. 23.

At first sight/Coup d’oeil by/par Alessandra Speciale, Clément Tapsoba
Retrouver Oulad Moumen by/de Izza Genini, Maroc/France, p. 26.

Nouveaux visages | New Faces:
Viola Shafik, director/réalisatrice, Tunisie by/par Alessandra Speciale, p. 32.
Monique Phoba, director/réalisatrice, DRC, by/par Sambolgo Bangre,p. 33.
Review of/Lu pour vous :
Femmes d'images de l'Afrique francophone by/par Najwa Tlili, by/par Lynn Bettis, p. 73.

Ecrans d’Afrique/African Screen N° 11 – 1995

Flash/En bref:
National Bureau of the Pan African Union of Women in the Image Industry of Gabon, p. 5.

Pan-African Union of Women in the Image Industry reorganises | L’Union Panafricaine des Femmes de l’Image se reorganize., p. 5.
Nouveaux visages / New Faces:
Sarah Bouyain (assistant director/assistante réalisatrice) Burkina Faso, by/par Clément Tapsoba, p. 18.

Portrait | Focus :
D. Elmina Davis who recently died in Ghana, was a member of Ceddo Film and Video, A Black independent cinema group of the 1980s | D. Elmina Davis, récemment decedée au Ghana, faisait partie de Ceddo Film & Video, un des différents groups du cinéma independent noir des années 80.
At a first sight | Focus
The Battle of the Sacred Tree by/de Wanjiru Kinyanjui, Kenya, p. 24. 
Léon G. Damas by/de Sarah Maldoror, Guadeloupe, p. 24..

In depth | Plus en profondeur :
The Female Body, Culture and Space: The Female Body in African Cinema | Le Corps féminin, la culture et l’espace : le corps féminin dans le cinéma africain by/par Beti Ellerson, p. 28-35.

Panorama | Panoramique :
Women in the place of honour | Les femmes à l’honneur (in/dans) Fespaco 95: after the celebrations, what future for African cinema? | Après la fête, quel avenir pour le cinéma africain? By/par Clément Tapsoba, p. 37-42.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 12 – 1995
(Sarah Maldoror, Guadeloupe, on the cover | sur la couverture)

Speaking to | La parole à :
Sarah Maldoror, Guadeloupe, director/réalisatrice by/par Jadot Sezirahiga, p. 6.
Hafsa Z. Koudil, Algerie, director/réalisatrice by/par Cheick Kolla Maiga, p. 12.

Nouveaux visages | New Faces:
Oum Dierryla, Senegal, actress, comédienne by/par Clément Tapsoba, p. 17.
Dommie Yambo Odotte, Kenya, director/réalisatrice, by/par Noufou Ouedraogo, p. 18.
At a Glance/Coup d’oeil :
Ash-shaytan imra'/Le démon au féminin by/de Hafsa Zinai Koudil, Algerie/Algeria, p. 34.
Puk Nini by/de Fanta Nacro, Burkina Faso, p. 59.

Panorama | Panoramique :
Annette Mbaye d’Erneville, director/directrice of/de Recidak, p. 45.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 13-14 – 1996

Flash | Focus :
Chad/Tchad - A Fatwa Against/Une Fatwa prononcée contre Zara Yacoub, p. 7.

New Faces | Nouveaux visages :
Abiba Diarra, Actress/comedienne, Côte d’Ivoire-Mali by/par Sambolgo Bangre, p. 35.
At a Glance | Focus : 
La Danse du feu by/de Selma Baccar, Tunisia/Tunisie, p. 49.
Panorama | Panoramique
Alone: A Film about a Family in Zimbabwe | l’histoire d’une famille au Zimbabwe by/de Tsitsi Dangarembga, by/par Françoise Kaboré and Sakbolé, p. 62.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 15 – 1996
(Safi Faye, Senegal, on the cover | sur la couverture)

Flash | Focus :
South Africa: Women in Cinema | Afrique du Sud : Femme du cinéma, p. 7.

At a first sight | Coup d’oeil : 
Puk Nini by/de Fanta Nacro, Burkina Faso, p. 37.
Panorama | Panoramique : 
Mahen Bonetti : African Film Festival New York, p. 42.
The story of Mossane by Safi Faye | L’histoire de Mossane de Safi Faye, p. 45.
The story of Flame by Ingrid Sinclair |L’histoire de Flame d’Ingrid Sinclair, p. 51.

Dossier :
Asma al Bakri, director/réalisatrice, Egypt by/par Ahmed Atef, p. 61.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 16 - 1996
Speaking to | La parole à : 
Interview/Entretien, Ingrid Sinclair by/par Alessandra Speciale, p. 13-17.

New Faces | Nouveaux visages :
Maybelle Peters, director/réalisatrice, GB/Guyane-Guyana, p. 20. 

At a glance | Coup d’oeil
Film review of Mossane by Senegalese filmmaker, Safi Faye, p. 34. 

Panorama | Panoramique :
Recidak 96: When the Women of Cinema Take Action! | Quand les femmes du cinema se mobilisent! By/par Cheriff Amadou Diop, p. 39.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 17/18 - 1996

Flash | Focus :
Zimbabwe: An Association of Women Filmmakers | Une association des réalisatrices, p. 7.

Portait :
Martine Ilboudo Condé (Guinea/Burkina Faso) : When Women Standup, African Cinema Moves | Quand les femmes se lévent, le cinéma africain bouge, by/par Clément Tapsoba, p. 22.

At a Glance | Coup d’oeil :
Honey and Ashes by/de Nadia Fares, Tunisia/Tunisie, p. 27. 
Everyone's Child by/de Tsitsi Dangarembga, Zimbabwe, p. 27. 

Panorama | Panoramique
Female Scoop in Harare | Scoop féminin à Harare by/par Françoise Kaboré, p. 84.

Trends | Tendance
Aids in the City | Sida dans la cite II. Conversation with/avec Hanny Brigitte Tchelley, producer/productrice, Côte d’Ivoire, by/par Clément Tapsoba, p. 88.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 19 - 1997

Panorama | Panoramique :
The Women of | Les femmes du FESPACO 97: Valérie Kaboré or the filmmaker 'of all trades' | ou la réalisatrice à tout faire by/par Clément Tapsoba, p. 35.

Rubriques :
Recidak 8, p. 75.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 20 - 1997
(Mariam Kaba, Guinea, on the cover | sur la couverture)

Portrait :
Mariam Kaba en positif/Mariam Kaba thinks positive, par/by Anne Khady Sé, p. 36.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 21-22 – 1997
(Shirikiana Aina, USA, on the cover | sur la couverture)

Speaking to | La parole à : 
Do They Remember Us | Se rappellent-ils de nous ? Interview with/Entretien avec Shirikiana Aina, USA, by/par Beti Ellerson, p. 8-12.

Portrait :
Palesa Letlaka-Nkosi, South Africa/Afrique du Sud, by/par Corinne Miglioli, p. 41.

At a first sight | Focus par/by Michel Amarger, Joan Rundo, Alessandra Speciale : 
Pour le plaisir des yeux by Izza Genini, Morocco/Maroc, p. 45. 

Panorama |  Panoramique :
Discovery of a Festival/Découverte d’un festival by/de Wabei Siyolwe (Zambia/Zambie), p. 55.
The Variety of African Cultures | La variété des cultures africaines by/de Wabei Siyolwe (Zambia/Zambie), p. 67.
The Queens of the dancehall | Les reines du dancing by/par June Givanni, p.70.


Ecrans d’Afrique/African Screen N° 23 - 1998
African Gazes | Regards Africains
Bent Familia: Nourid Bouzid’s Tunisian Women | Les Tunisiennes de Nourid Bouzid, by/par Tahar Chikhaoui, p. 52.

Dossier: Slavery and Images | Esclavage et Images
Cult Cinéma : Slavery and cinema in the West Indies | Esclavage et cinema aux Antilles, by/par Osange Silou, p. 78.
Gloria Rolando (Cuba) on Slavery | au sujet d’esclavage by/par William Tanifeani, p. 86.


Ecrans d’Afrique/African Screen N°24 - 1998

Tribute to Djibril Diop Mambety
Djibril and myth : Anta and Linguère, portraits of women | Djibril et le mythe : Anta et Linguère, portraits de femmes by/par Nike Mogranti, p. 54.
Djibril and/et La Petite Vendeuse : L’envol suspend de Djibril | The suspended flight of Djibril by/par Michel Amarger, p. 68. 

Under the Baobab
Ousmane Sembene : The suburbs of women | La banlieue des femmes, by/par Baba Diop, p. 91.
Interview/Entretien with/avec Venus Seye, protagonist/protagoniste of/de Faat Kine by/de Ousmane Sembene by/par Baba Diop, p. 92.

13 December 2009

Entretien avec Monique Mbeka Phoba de Beti Ellerson


(Images d'archive)

SEE THIS POST IN ENGLISH


Monique Mbeka Phoba, cinéaste, poètesse, novelliste, journaliste, critique de films, gestionnaire de projets, originaire de République Démocratique du Congo.


Beaucoup de choses ont évolué au niveau technologique depuis notre entretien en 1997…


Beaucoup de choses ont évolué au niveau technologique et cela influence bien évidemment la pratique de nos métiers. Par exemple, pour mon dernier projet de film que j’ai co-produit avec une équipe de jeunes étudiants en théâtre de Kinshasa, je peux dire que nous nous sommes servi à fond de cet environnement virtualisé qui est le nôtre aujourd’hui. J’avais rencontré ce groupe de jeunes qui souhaitaient faire des films, alors qu’il n’existe pas d’école de cinéma en RDC. Je leur ai proposé d’être mêlé au tournage d’un film, dont le sujet avait été proposé par l’un d’entre eux et, ce faisant, d’apprendre à faire des films, en s’occupant de cette production. La personne qui les a encadrés, Guy Kabeya Muya, a été le co-réalisateur du film avec moi. Ils se sont servis de petites caméras numériques, nous communiquions par Internet et SMS, de sorte que je suivais au jour le jour le tournage et pouvais l’influencer dans un sens ou dans un autre.

Ce suivi virtuel a débouché sur un film co-réalisé par moi-même et Guy Kabeya, sur la première équipe de foot-ball d’Afrique Noire à avoir été à une Coupe du Monde de football en 1974. Nous avons placé une bande-annonce sur Internet et j’ai eu plusieurs manifestations d’intérêt, par toutes sortes de personnes intéressées par un tel film, à la veille de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. C’est dire si s’appuyer sur Internet est important aujourd’hui au niveau de la réalisation, de la production et de la promotion. Cela n’était pas le cas, il y a quelques années. Et c’est par le « video-sharing » de cette bande-annonce que les gens sont avertis de l’existence du film, un autre outil de promotion très intéressant.


En tant qu'africaine dans le cinéma quelles sont tes expériences avec d'autres femmes dans le domaine? Une sensibilité féminine existe-t-il? Une spécificité de la femme en termes de critique de film?


Les femmes sont de plus en plus présentes dans le cinéma et je pense que nous avons à coeur de nous épauler l’une l’autre, de nous tenir au courant de nos difficultés. J’ai par exemple été à l’origine de la première rencontre entre Angèle Brenner Diabang et Osvalde Lewat-Hallade, en facilitant leur invitation par INPUT à Taïwan, ce qui a été pour elles une expérience marquante. Et ce sont les deux noms les plus en vue actuellement dans le cinéma féminin africain de la nouvelle génération. Osvalde a cotisé pour le projet de film sur le foot-ball, au moment où j’avais de grosses difficultés financières, ce projet n’ayant pas eu de subvention. Au niveau de la représentation des femmes à l’écran, 3 films emblématiques ont été réalisés les 10 dernières années : « Al’leessi, une actrice africaine », de Rahmatou Keita, « Anna l’enchantée », de Monique Mbeka Phoba et « Yandé Codou Sène, la griotte de Senghor », d’ Angèle Brenner Diabang.


À ces 3 films, j’ajoute le film d’un homme, car je considère que le film « Mère-Bi – La mère », de William Mbaye, témoigne une sensibilité féminine d’un homme, confronté depuis sa tendre enfance à une personnalité d’exception, sa mère, Annette Mbaye d’Erneville, première journaliste radiophonique d’Afrique de l’Ouest, un film qu’il a porté en lui des années durant. Il y a les films des femmes sur les femmes, comme celui de Sandra Boukhani, l'auteur d'un documentaire sur Were-Were Liking, appelé «L'Art d'une prêtresse», mais aussi des femmes sur des contextes politiques, comme ceux de Jihan El Tarhi « L'Afrique en morceaux » sur les conflits dans la région dans les Grands Lacs, « Cuba, une odyssée africaine » sur Che au Congo, « Behind the Rainbow » (Le Pouvoir détruit-il le rêve ?), sur la rivalité historique entre Thabo Mbeki et Jacob Zuma au sein de l'ANC ; d’Osvalde Lewat « Un amour pendant la guerre » et « Une affaire de nègres » ; Anne-Laure Folly-Reimann avec « Les Oubliées » et « Femmes aux yeux ouverts » ou « Femmes du Niger » ; de Nadia El Fani « Ouled Lenine », qui veut dire" les enfants de Lénine". Nadia El Fani évoque l'engagement politique de son père qui était communiste. Ou mes propres films sur des sujets politiques : « Revue en vrac » sur la nouvelle liberté d'expression au Congo, après la fin du parti unique, dans l'ex-Zaïre, début des années 90. Et mon film « Deux petits tours et puis s'en vont... » qui aborde une élection présidentielle an Bénin, en 1996, où on voit l'ancien dictateur Kerekou, qui avait été chassé en 1991, revenir démocratiquement au pouvoir.


C’est-à-dire que la sphère politique est maintenant largement investie par les femmes et qu’elles y sont parfaitement crédibles. Mais, qu’on reconnaît ce regard spécifique des femmes sur des sujets politiques. Des regards qui passent par la famille, l’intimité de la souffrance et du regard sur soi. Est-ce que les femmes cinéastes africaines se parlent ? Selon moi, pas assez. Le mouvement associatif en est encore à se relever d’années végétatives et, dans ce domaine, les femmes n’ont pas fait exception. Cependant, j’ai remarqué qu’entre femmes, il était plus facile de se faire des critiques sur nos films respectifs.


Quelques réflexions sur le cinéma africain en termes de langue et de communication…

Il y a deux réalités concrètes qui nous forcent à être plus réceptifs au fait d’avoir à parler anglais. Les puissantes montantes audiovisuelles que constituent le Nigeria avec Nollywood et l’Afrique du Sud. Beaucoup de Congolais entrent dans ces métiers du cinéma par l’Afrique du Sud, où il y a une grande communauté congolaise. Il y a déjà deux réalisateurs installés en Afrique du Sud, Makela Pululu et Sandra Boukhany, qui sont des anglophones, mais ils parlent couramment français toujours. Mais, l’anglais est leur « everyday » langue. Claude Haffner, d'origine congolaise, travaille plutôt dans l'assistanat de production. Un autre congolais Petna Ndaliko vit dans l’est du Congo et est constamment en relation avec l’Ouganda. À partir du moment où le cinéma et l’audiovisuel se professionnalisent en Afrique, l’anglais sera de plus en plus le passage obligé.


Ton évolution dans le cinéma depuis le début jusqu'à aujourd'hui...


J’ai fait neuf documentaires, quatre au Bénin, quatre au Congo et un en France. J’ai traité de sujets surtout politiques et sociaux. Je pense que les films qui m’ont fait le plus connaître sont : « Anna l’enchantée », sur une jeune chanteuse vivant dans un milieu polygamique, « Sorcière la vie ! » sur la mixture de croyances au Congo Kinshasa, et le dernier « Entre la coupe et l’élection », sur la première équipe d’Afrique Noire à avoir été en coupe du monde en 1974. Actuellement, j’ai repris des études, en faisant une année de maîtrise en scénario et je suis en pleine écriture de deux projets de fiction, un court et un long-métrage. En dehors de ces projets, j’ai édité un recueil de poésies du nom de Yémadja et je prépare un recueil de nouvelles. Je suis certaine que j’écrirai de plus en plus au fil du temps. Pourquoi pas des romans et des essais. J’aimerais beaucoup devenir professeur de cinéma.


J’ai beaucoup aimé ton film « Anna l’enchantée », est-ce que tu peux parler de la conceptualisation du film et sa production ?


J’avais rencontré Anna dans un club de jazz à Cotonou et j’avais été très impressionnée par sa voix. Peu de temps après, j’ai été contactée par une productrice française qui cherchait une réalisatrice béninoise pour une série qui s’appelait : « Girls Around the World » et qui visait à faire le portrait de jeunes filles de 17 ans, venant des quatre coins du monde et qui serait filmées par une réalisatrice de leur pays. Il fallait que cette réalisatrice ait déjà eu une expérience de co-production internationale. Finalement, vivant au Bénin, j’ai été choisie. Et on m’a demandé de penser à une jeune fille de 17 ans, qui pourrait symboliser la situation psychologique et émotionnelle, d’une africaine à la veille de l’an 2000. J’ai repensé alors à cette chanteuse Anna, toute contente d’avoir les moyens de faire un film sur elle. Mais, j’ai réorienté mon scénario. Si je n’avais pas été intégré à la série « Girls Around the World », j’aurai surtout fait un film sur elle, en tant que chanteuse.


Mais, ma commande était de montrer son environnement et son style de vie. Quand j’ai pensé à Anna, j’ignorais complètement qu’elle vivait dans une famille polygamique : cela a été la grande chance du film, de rentrer de façon presque intimiste dans cette famille, à la fois traditionnelle et moderne, qui représentait bien toutes les contradictions de notre contemporanéité africaine. J’ai su tout de suite que je devais me faire du père un allié. Ce monsieur s’est senti respecté par moi. Et, moi, je viens aussi d’une famille polygamique, même si toutes les femmes ne vivaient pas ensemble : nous sommes 13 enfants issus de 4 femmes et j’ai dû toute ma vie gérer ces aspects de notre vie familiale. Et essayé d’aimer mes frères et de les soutenir quelle que soit leur mère. Je pense que mon père a fait en sorte que cela se passe bien entre nous. Cela a dû aider à ce que je me sente vraiment à l’aise dans cette famille et qu’eux se sentent à l’aise avec moi.


Liens


Facebook|Monique Mbeka Phoba

Entretien avec Monique Mbeka Phoba de 1997 (en anglais)

A Conversation with Monique Mbeka Phoba by Beti Ellerson



Archival Images

Monique Mbeka Phoba, filmmaker, poet, novelist, journalist, film critic and project manager, is from the Democratic Republic of Congo.

A lot of things have evolved in terms of technology since our conversation in 1997…

There has been much evolution in terms of technology and this has had quite an influence on how we work. For example, during my last film project that I co-produced with a team of young theatre students in Kinshasa, I must say that we greatly benefited from the virtual environment that is so much part of our world today. I met these youth who wanted to make films, and yet a film school does not exist in DRC. I offered to be part of the production of a film whose subject was proposed by one of them. Thus at the same time that they learned how to make a film they dealt with all the aspects of the production. Guy Kabeya Muya, who did the training, co-produced the film with me. We worked with small digital cameras, and communicated via Internet and SMS, so that I could follow the day-by-day production and give my input as needed.

This kind of virtual interactivity led to a film about the first Black African soccer team in the 1974 World Cup. Guy Kabeya and I put a preview trailer on the Internet and received responses from all sorts of people interested in such a film, especially at the eve of the World Cup to be hosted in South Africa. This demonstrates the important role that the Internet may play in the production and promotion of films, which was not the case some years ago. It was the result of showing the trailer through video sharing that people were aware of the existence of the film—a very effective promotional tool.

Could you talk about African women and the moving image? In your conversations with other African women in cinema, do you perceive an African woman’s “imaginaire”, an experience through African women’s eyes?

Women are increasingly visible in cinema and I think we are intent on supporting each other and keeping each other abreast of any difficulties. For example, I initiated the first meeting between Angèle Brenner Diabang and Osvalde Lewat-Hallade, facilitating their invitation by INPUT in Taiwan, which for them was a powerful experience. And these are the two names most prominent among the new generation of women in African cinema. Osvalde contributed to the soccer film project when I had big financial problems, as this project had not been funded. In terms of the representation of women on screen, three emblematic films were made in the last ten years: Al'leessi an African Actress (2005) by Rahmatou Keita of Niger, my film, Anna l’Enchantée (2000) and Yandé Codou Sène, la griotte de Senghor (2009) by Angele Brenner of Senegal.

To these three movies, I may add one by a man, because I believe that the film Mère-Bi – Mother by William Mbaye, shows a feminine sensibility of a man who from his early childhood lived side by side with the exceptional personality of his mother, Annette Mbaye d'Erneville, the first radio journalist of West Africa—a film that he carried with him for years. There are films by women about women, such as L’Art d'une prêtresse about Werewere Liking by Sandra Boukhani, but also women in political contexts, such as Jihan El Tarhi: L'Afrique en morceaux, about the conflicts in the Great Lakes region , Cuba, une odyssée africaine, about Che in Congo, Behind the Rainbow (Le Pouvoir détruit-il le rêve ?), about the historic rivalry between Thabo Mbeki and Jacob Zuma at the center of the ANC; Osvalde Lewat: Un amour pendant la guerre and Une affaire de nègres; Anne-Laure Folly Reimann: Les Oubliees, Femmes aux yeux ouverts and Femmes de Niger; Nadia el Fani: Ouled Lenine, which means “the children of Lenin”, a film that evokes the political engagement of her father who was a communist. Or my own films with political subject matter: Revue en vrac, about the new freedom of expression in Congo after the end of the one-party system in ex-Zaire at the beginning of the 1990s. And my film, Deux petits tours et puis s'en vont…, which addresses the 1996 presidential election in Benin where the former dictator Kerekou, who had been expelled in 1991, democratically returns to power. These films show that women have invested considerably in the political sphere and they are well respected. But we must recognize this specifically female gaze on political issues. Perspectives that traverse the family, the intimacy of suffering, and show self-reflection. Do African women filmmakers talk to each other? In my opinion, not enough. This movement must recover from years of being in a vegetative state, and in this domain, women are no exception. However, I have noticed that between women, it is easier to critique our respective films.

Some reflections on African cinema in terms of language and communication...

There are two realities that force us to be more receptive to having to speak English; the rise of the powerful Nollywood of Nigeria and the audiovisual industry in South Africa. Many Congolese enter filmmaking via South Africa, where there is a large Congolese community. There are already two directors who have settled in South Africa Makela Pululu and Sandra Boukhany. And while they are Francophone, English is their everyday language. Claude Haffner, of Congolese origin, works as assistant in film productions. Another Congolese Petna Ndaliko lives in eastern Congo and is in constant relationship with Uganda. As cinema and audiovisual industries in Africa professionalize, the use of English is becoming increasingly necessary.

Your evolution into cinema from you debut to the present...

I have made nine documentaries, four in Benin, four in Congo and one in France. I have dealt especially with political and social subjects. I think the films for which I am known best are: Anna l’Echantée, about a young singer living in a polygamous family. Sorcière la vie !, on the mixture of beliefs in Congo-Kinshasa, and the latest film, Entre la coupe et l’élection, about the first black African team to be in the World Cup, in 1974. Most recently, I returned to school, where I completed a Master’s in Scriptwriting and am in the midst of writing two fiction projects—for short and feature film. Besides these projects, I published a book of poems called “Yémadja” and I am preparing a collection of short stories. I'm sure I'll write more and more over time—why not novels and essays as well? And, I would love to become a professor of cinema.

I thoroughly enjoyed your film Anna from Benin, could you talk about the conceptualization of the film and its production.

I met Anna in a jazz club in Cotonou and I was very impressed by her voice. Shortly after, I was contacted by a French producer who was looking for a director in Benin for a series called "Girls Around the World" whose objective was to focus on seventeen-year-old girls from the four corners of the world, and each film would be directed in the respective country. One of the criteria was that the directors have experience in international co-production. Since I lived in Benin, I was chosen. I was asked to think about a seventeen-year-old girl who could symbolize the psychological and emotional context of an African girl on the eve of the year 2000. I recalled the young singer Anna, quite pleased to have the means to make a film about her. But, I shifted my scenario. If I had not been part of the "Girls Around the World” series, I would have made a film specifically about her as a singer.

But the specificities of the project were to show the environment in which she lived. I was completely unaware that Anna lived in a polygamous family. This film gave me the opportunity to enter rather intimately into this family, both traditional and modern, and a very good representative of all the contradictions of contemporary Africa. I knew immediately that the father had to be an ally. This gentleman felt respected by me. I am also from a polygamous family, though all the wives did not live together. We are thirteen children from four wives and all of my life I have had to manage these aspects of our family. I have tried to love my brothers and support them no matter who is their mother. I think my father has made sure that it has gone well between us. It must have helped that I felt really comfortable in this family and they felt comfortable with me.

French to English translation by Beti Ellerson

Liens